20010807_d38720 20160726_c063 20160726_c012

Dossiers photographiques

20160726_c063
Le gros village de Gurusina
© Michel Racine

Les maisons sont disposées autour d'un espace central rectangulaire occupé par deux sortes de petites "chapelles", les ngadhu et les bhaga.

20160726_c063
Bhaga et ngadhu honorent les ancêtres féminins et masculins (respectivement), village de Bena, 2001
© Michel Racine
Les ngadhu ont une structure en parasol et honorent les ancêtres masculins. Lors des sacrifices d'animaux le sang s'écoule sur le mat central. Les bhaga sont rectangulaires, ressemblent à une maison miniature et honorent les ancêtres féminins.

On trouve parfois en complément des mégalithes et des tombes dans cet espace central.

20160726_c063
Sao lobo (le guerrier, lignée masculine, inférieure) et Sao pu'u (la maison, lignée féminine, supérieure), village de Luba
© Michel Racine
Le faÎte des maisons d'habitation des chefs de clan (ainés) est surmonté d'une d'une petite maison ou d'une représentation humaine (guerrier). Les premières (sao pu'u) sont occupées par la lignée féminine, les secondes (sao lobo) par la lignée masculine. Les autres maisons (sao kaka) sont celles des "descendants". Hommes et femmes sont bien plus égalitaires dans la communauté ngada que dans bien d'autres communautés indonésiennes et ce d'autant plus que l'arrêt des guerres tribales entre villages a mis fin à au rôle de guerrier des hommes. Mais la présence des représentations masculines montre que la patrilinéarité est aussi prise en compte dans la culture ngada.

Conformément à la tradition, chaque clan possède son sao pu'u, un sao lobo, un ngadhu et un bhaga.

La maison est petite (chaque maison n'abrite qu'une seule famille) et comprend une pièce centrale qui s'ouvre sur une véranda. Des pièces annexes sur les côtés sont facultatives.

Le toit haut et pentu couvrant la pièce centrale est couverte d'herbe alang alang, tandis que le toit preque plat de la véranda est en bambous fendus. La tôle peut remplacer l'un et l'autre.
20160726_c063
Maison en construction, village de Wogo, 2001
© Michel Racine
La pièce centrale de la maison revêt une importance particulière et dans cette culture matrilinéaire est d'abord le domaine des femmes. L'entrée est soigneusement encadrée par des décorations qui ont un rôle protecteur.
20160726_c063
Sao Mawo Leni (la maison de Mawo Leni), village de Gurusina
© Michel Racine



.
20160725_c58
Tombe, village de Bena, 2001