choisy_20170914_c17 20170913_c51

Dossiers photographiques



Le treizième, un haut lieu du streetart parisien présente des ambiances très différentes: le Paris haussmannien comme le boulevard Vincent Auriol et les rues avoisinantes, les ruelles intimistes et quasi campagnardes de la Butte aux Cailles (c'est mon Paris préféré), les grandes tours du quartier chinois, près de la porte d'Italie. Vous y verrez de tout, des portraits au pochoir de quelques dizaines de centimètres jusqu'à la plus haute fresque d'Europe (parait-il), de l'officiel et du non officiel, du presque permanent et de l'éphémère.

Des artistes parisiens, bien sûr, mais internationaux aussi.

Au nord et au sud du métro aérien (détails

20170620_c24-2
Une fillette, sort de la nuit étoilée, une peinture aérosol à la main, par Bom.K, 2017, place Pinel / boulevard Vincent Auriol; © Michel Racine
20170620_c24-2
Sur son épaule une souris tient une tasse où est inscrit I ♥ PARIS (détail), par Bom.K, 2017, place Pinel / boulevard Vincent Auriol; © Michel Racine

Boulevard Vincent Auriol et boulevard Auguste Blanqui ainsi que dans les rues perpendiculaires, vous trouverez de très grandes fresques, souvent des commandes de la mairie du 13e et dont la réalisation a été permise par la galerie Itinerrance, qui profitent de la vue dominante qu'offre le métro aérien.

Dans ses commandes, la mairie du 13e compense les coûts (nacelles, peinture), mais ne paie pas les artistes, ce que certain(e)s n'apprécient pas (Miss.tic en particulier).

La Butte aux Cailles  (détails

Le quartier de la Butte aux Cailles offre des rues qui se prêtent merveilleusement à la promenade, loin du Paris haussmannien et des avenues à grand trafic. Intimistes et campagnardes (dans les passages latéraux, l'herbe pousse entre les pavés), elles abritent aussi nombre de petits restaurants et bars qui incitent à faire la pause.
30-20170914_c56
30 rue des cinq diamants par Miss-Tic © Michel Racine

Parcourez les rues des cinq Diamants, du Moulin des Prés (que de jolis noms) et les ruelles ou passages perpendiculaires; vous y découvrirez les pochoirs des plus anciens artistes de la scène du streetart parisien comme Jef Aérosol, Artiste Ouvrier ou Miss.Tic, mais aussi des oeuvres de grands voyageurs comme Seth ou d'artistes moins connus. Ici tout est à taille humaine et même souvent bien plus petit, observez de près. Compte tenu de leur accessibilité, les murs se renouvellent souvent, une incitation à répéter vos visites dans ces lieux très attachants.

Les Gobelins (détails

Situé au nord de la Butte aux Cailles vous y rencontrerez les œuvres des mêmes artistes que dans le quartier prédédent et plus ou moins les mêmes petites rues, mais ce quartier est bien moins animé.
30-20170914_c56
2 rue de Julienne par Seth © Michel Racine


La rue Chevaleret 

Une rue encaissée, à cause de sa proximité d'avec la voie ferrée, montrant une diversité surprenante.
20170620_c24-2
; par YZ; © Michel Racine


YZ, femme et d'origine africaine est l'auteure de la marianne 2018 de nos timbres poste.
https://www.youtube.com/watch?v=hc_f9VDVsNk

Les Frigos (détails

20170622_c043
par Dominique Larrivaz; © Creative commons (Attribution: Michel Racine, pas d'utilisation commerciale)

Le 21 rue des Frigos (ex 91 quai de la Gare) est un lieu unique et atypique à Paris; Construit dans les années 20, cet entrepôt frigorifique stockait les produits frais destinés aux Halles; abandonné dans les années 70 avec le déménagement des Halles à Rungis; dix ans plus tard, les lieux deviennent un site de résistance contre l'uniformisation immobilière parisienne et sont transformés en ateliers d'artiste; c'est la construction d'un immeuble entre les Frigos et la Seine qui crée la rue des Frigos.
Le streetart et les tags sont partout et nombreux sont ceux qui ont confondus les frigos avec un squat. Mais les artistes sont tous locataires et tiennent à le faire savoir.

Le Lavo // Matik  (détails

20190207_c29-2
© Creative commons (Attribution: Michel Racine, pas d'utilisation commerciale)

Au 20 Boulevard Général Jean Simon, cet espace consacré aux cultures urbaines (et au rock indépendant) est environné d'une multitude de murals renouvelés fréquement. La galerie Itinerrance (qui sponsorise la réalisation de grandes fresques dans le 13e) est juste à côté (au 24 bis).

Place d'Italie, porte d'Italie, porte d'Ivry  (détails

20170913_c84
Moyoshi, place d'Italie; © Michel Racine

Le triangle formé par ces trois points est un quartier très commerçant et abrite la plus grande communauté chinoise de la capitale. Il comprend d'immenses tours et des fresques à l'avenant, dépassant les cinquante mètres de hauteur; mais on y découvre aussi des murs bien plus petits, sans compter le streetart non officiel lui aussi très présent.

C'est un des terrains privilégié par C215, proximité de Vitry oblige.

Les armoires électriques du quai Panhard et Levassor constituent un peu la chasse gardée de C215 qui en a fait un musée en plein air renouvellé régulièrement; le site street-heart en tient une quasi historique: 2012, 2016

En pratique 


Bibliographie