20130211_c28 20130211_c28

Dossiers photographiques

20160925_c32
Côte Saint Maurice, jour
© Michel Racine
20161119_c07-2
Côte Saint Maurice, nuit
© Michel Racine

La vieille ville d'Annecy (à ne pas confondre avec la commune voisine d'Annecy le vieux), aujourd'hui un quartier piétonnier très fréquenté par les touristes est le résultat de transformations étalées dans le temps.
20161002_c01
Ce canal donne une petite idée de la ville encombrée du moyen âge; GPS: 45.899670, 6.126869; © Michel Racine

La ville est fondée au moyen-âge sous le château et au milieu des marécages (c'est alors une ville nouvelle par opposition à Annecy le vieux, site d'habitat privilié jusqu'alors sur les coteaux ensoleillés qui dominent la plaine).

Elle est constituée de maisons de bois, parcourue par de nombreux canaux et est enfermée dans des remparts: deux enceintes successives dont ne subsistent aujourd'hui que les portes Sainte Claire, Notre Dame et Perrière). La porte d'Ysernon, la porte Perrière et la porte Notre-Dame font partie de la première enceinte. Au 14e siècle, les quartiers du Boeuf de Boutz ou Bouz et du Pâquier avec deux portes éponymes aujourd'hui agrandissent la ville vers le lac. Au 15e siècle, le faubourg Sainte-Claire est intégré à la ville.
20160924_c15
Hôtel de Sales
© Michel Racine

Les bâtiments à arcade, rue Sainte Claire (hôtel Bagnorea, construit en 1582 par monseigneur Galois de Regard, nommé évêque de Bagnoréa en Italie par Pie IV en 1563), rue de l'ile, rue Perrière; rue du Pâquier (hôtel de Sales, construit vers 1688), rue Filaterie, ne datent pas du moyen âge, mais résultent de transformations réalisées aux 16e et au 17e siècles.

Ces bâtiments à arcade ont failli disparaitre pendant la période sarde (dans la première moitié du 19e siècle) pour aligner les facades. La dernière tentative eut lieu en 1863 lorsque la municipalité ordonne leur démolition, une ordonnance heureusement peu suivie d'effets.

20141106_c16
Rue Sainte Claire, 2017
© Michel Racine
20141106_c16
Rue Sainte Claire;
, crédit: Lux

Les quais du Thiou sont construits en 1854. Un système de vannes est installé sur la rivière pour en réguler le débit.
paul_cabaud-le_thiou
Paul Cabaud, huile sur toile, musées d'Annecy. © Creative commons (Attribution: Michel Racine, pas d'utilisation commerciale)

Paul Cabaud, Les bords du Thiou, vers 1850 (avant la construction des quais).
20141106_c16
Quai de l'ile, 2014
© Michel Racine
20141106_c16
Quai de l'ile, 1920-1925;
photographie des frères Seeberger, crédit: BNF

20180123_c28
Le Thiou
© Michel Racine
20141106_c16
Le Thiou depuis le pont de la rue de la République;
© Michel Racine

Le Thiou n'est pas toujours une rivière calme et paisible; il peut prendre l'aspect d'un torrent de montagne lorsque les eaux du lac sont hautes; cela permet de comprendre que la force motrice qu'en tiraient les fabriques installées au 19e siècle n'est pas une vue de l'esprit.

De 1920 à aujourd'hui, le développement touristique à profondément modifié l'apparence de la vieille ville avec la rénovation des façades et surtout le remplacement de commerces de proximité par des commerces orientés vers la clientèle touristique (restaurants, etc. ).

La rue Royale est ouverte bien plus tôt, en 1823. Au centre ville d'Annecy, la rue Royale surprend par son caractère rectiligne différent du tracé irrégulier de la vieille ville. Tracé en 1822, à partir d'un plan dressé en 1794, elle reste une des artères les plus élégantes de la ville. Longtemps appelée rue neuve, la rue Royale est ouverte en 1823. Elle constitue une voie transversale, qui poursuit la rue du Pâquier. L'avenue de Chambéry la prolonge en 1824. L'urbanisme de la ville régulière Le tracé de la rue Royale est inspiré de l'idée de la ville régulière, telle qu'elle se développe à partir de la fin du 18e siècle. La ligne droite permet l'ouverture des perspectives sur l'extérieur de la ville. Les maisons respectent un alignement strict. Une ville élégante En 1852, Fabien Gruffaz ouvre l'hôtel d'Angleterre, le premier hôtel de prestige d'Annecy. Parmi ses hôtes, il reçoit la duchesse d'Orléans, le duc de Nemours, le comte de Paris ou la famille de Russie. Les curistes d'Aix-les-Bains et les voyageurs en route vers les Alpes y font halte. En 1869, la direction de l'hôtel d'Angleterre finance l'ouverture des Gorges du Fier et le chalet du Semnoz.En 1885 le mur d'enceinte du Vassé est rasé et les douves qui le bordaient (canal du Vassé) sont couvertes, créant la rue Vaugelas.

20171205_c21
Les jardins de l'Europe
© Michel Racine


20160924_c42
Pont des amours, 2016
© Michel Racine

Le Pont des amours, passerelle en fonte datant de 1859 enjambe le canal du Vassé. Le nom a pour origine une légende qui veut qu'un couple s'embrassant sur le pont soit uni pour la vie, à moins que, plus prosaïquement, le pont n'ait servit un temps de lieu de rencontre entre clients et prostituées.

On trouve ce pont dans une des séries de fonds d'écran officiels de Windows 7 (télécharger).

20150120_c02
Le canal du Vassé depuis le Pont des amours
© Michel Racine

20170102_c24
La place Notre Dame et l'église, Notre Dame de Liesse; début d'année 2017
© Michel Racine

Bibliographie

Alain Bexon, Georgette Chevallier. 2008. Souvenirs d'Annecy, écrivains et peintres. Editions Itinera Alpina, Annecy le vieux.