20141106_c15

Dossiers photographiques

20160924_c01
Le lac depuis la promenade Louis Servettaz
© Michel Racine
Avec 27 km2 de superficie, le lac d'Annecy est le second lac entièrement français. Il est divisé en deux parties (grand lac et petit lac) par une étroiture située entre la presqu'ile de Duingt et le Roc de Chère. Le lac est à 447 m d'altitude.

Hydrologie et biologie 

La profondeur du grand lac est de 65 m et celle du petit lac de 55 m. Le bassin versant est de 278 km2 (Benedetti-Crouzet, 1972). Le lac est alimenté en eau par plusieurs affluents dont le plus important, l'Eau Morte assure 50% des apports, ainsi que par la source sous-lacustre du Boubioz. Cette dernière forme un entonnoir dans le nord-ouest du lac, qui s'ouvre par des fonds de 20-25 m et atteint la profondeur de 81 m. Cette source est en relation avec les réseaux souterrains du Semnoz. L'émissaire du lac est le Thiou.

Le niveau du lac est contrôlé depuis le 15e siècle par des vannes placées sur le Thiou à l'entrée d'Annecy. Elles ont été réorganisées en 1874 par Sadi Carnot et sont remplacées aujourd'hui par un seuil immergé relevable. Ceci n'a pas empêché la survenue de variations exceptionnelles. En 1906 l'eau se retire de la baie d'Albigny. A l'inverse, des inondations catastrophiques se produisent en 1640, 1655, au printemps 1711 (+3 m), en 1840 et d'autres plus limitées en 1944 (l'avenue d'Albigny est envahie).

L'année 2018 restera spectaculaire avec une baisse du niveau du lac de presque un mètre, une situation inédite depuis le 19e siècle; le précédent record à la baisse avait été établi en 1947; la baisse s'explique par les faibles pluies de l'été et surtout une forte évaporation due à la température élevée des eaux superficielles.
20181005_c08
Marée basse sur le lac d'Annecy, octobre 2018
© Michel Racine

Les calculs théoriques donnent un renouvellement des eaux en un peu moins de 4 années.

La température des eaux profondes est d'environ 5°C, à l'exception de la source sous-lacustre du Boubioz dont la température est de 11,8°C (Delebecque et Legay, 1891). Celle des eaux de surface varie généralement de 4°C en hiver à 25°C en été. Ces variations permettent un brassage hivernal des eaux profondes et leur ré-oxigénation, ce qui classe le lac d'Annecy comme un lac monomictique chaud (Balvay 1978 b).

firmin_salabert_1891_patineurs_ile_des_cygnes
Firmin Salabert, Patineurs sur le lac d'Annecy, vue sur le Parmelan, 1891. Huile sur carton, 34x49cm. Domaine public.

Au petit âge glaciaire (fin 19e siècle) la surface du lac gelait plus fréquement qu'aujourd'hui: on note des prises en glace totales en 1573, 1681, 1682, 1684, 1709, 1789, 1799, 1829-30, 1879-80, 1891.
Balvay G.. 1978. Le régime thermique du lac d'Annecy (1966-1977). Rev. Géogr. alpine 66 (3): 241-261
Benedetti-Crouzet E.. 1972. Etude géodynamique du lac d'Annecy et de son bassin versant. Thèse 3ème Cycle, Univ. Paris 7.
Delebecque A. & Legay L.. 1891. Sur la découverte d'une source au fond du lac d'Annecy. C. r. hebd. Séanc. Acad. Sc. Paris, 112: 896-898.

Protection et controverses 

paul_cabaud-depuis_albigny
Paul Cabaud, le lac depuis la baie d'Albigny, vers 1850. Huile sur toile, 60 x90 cm, musée château d'Annecy. Domaine public.

Malgré tous les slogans touristiques (du style "Le lac le plus pur d'Europe"), le lac du 21e siècle n'a plus grand chose à voir avec celui du 19e. Le paysage s'est profondément urbanisé, et les nuisances accompagnant cette sur-occupation sont flagrantes.

Les premiers vestiges d'occupation humaine des bords du lac remontent au Néolithique, il y a environ 5000 ans. En plusieurs endroits (petit port d'Annecy le vieux, Talloire, Sévrier, Saint Jorioz, Pâquier) on découvre la partie inférieure de pieux qui étaient enfoncés dans le sol humide. La première interprétation de ces vestiges, fréquents sur le pourtour de nombreux lacs alpins 1 était celle de villages sur pilotis. L'image persiste toujours, même si on s'est aperçu depuis que le niveau des lacs variait et que les vestiges sont le plus souvent ceux de cabanes bâties au bord de l’eau pendant une période où le niveau du lac était inférieur au niveau actuel (Billaud, 1997). Sévrier et Saint Jorioz font partie des sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes inscrits au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2011.

Les variations du niveau du lac ont provoqué l'abandon de ces villages et permis la conservation des vestiges. Plus tard, mis à part Annecy "le neuf" (en opposition à Annecy "le vieux", village présent sur le côteau est) qui s'installe sous le château dans une enceinte fortifiée accompagnée de douves alimentées par le Thiou, les hommes préfèrent habiter plus en hauteur, à distance des rives considérées comme malsaines.

Ce n'est qu'au 18e siècle que les romantiques mettent à la mode les paysages naturels et en particulier ceux des lacs alpins. Pour le lac d'Annecy, l'urbanisation est restée modeste jusque dans les années 1950, où elle explose.

Les conséquences sont immédiates: l'eutrophisation (enrichissement en matières organiques) des eaux s'accélère. Le lac d'Annecy étant la source d'eau potable de nombreuses communes riveraines, huit d'entre elles créent en 1957 le SILA (Syndicat intercommunal du lac d'Annecy) dont la première initiative est la mise en place, qui démarre en 1961, d'un égout collecteur périphérique, complété par des stations de relevage. La pollution est déplacée à l'extérieur (les eaux usées sont aujourd'hui traitées par une très importante station d'épuration avant leur rejet dans le Fier). A partir de 1967, l'eutrophisation du lac est stoppée.

20180308_c17
Le lac depuis les jardins de l'Europe
© Michel Racine

Cette évolution est sensible au niveau des poissons. Si la biomasse piscicole a diminué avec l'amélioration de la qualité de l'eau, sa valeur marchande à augmenté, les poissons "nobles", comme les Corégones et Ombles chevaliers se sont multipliés. Les Corégones qui constituent la population la plus importante économiquement ne sont pas une espèce indigène, mais ont été introduites plusieurs fois depuis 1884; elles ont failli disparaitre dans les années 70 et les populations sont aujourd'hui en voie de régénération, soutenues par une meilleure réglementation de la pêche (4 pêcheurs professionnels en 1998).

Une pollution ponctuelle par les PCB (polychlorobiphényles, pyralène™ de Monsanto) a été mise en évidence dans les sédiments du lac; elle proviendrait d'un transfert atmosphérique depuis le lac du Bourget, 100 fois plus pollué aux PCB que le lac d'Annecy par les rejets, dans les années 70 de la société Savoisienne de transformateurs électriques (Naffrechoux, 2015). L'utilisation de ces perturbateurs endocriniens a été interdite en France en 1987, mais les PCB ont une très longue rémanence et se concentrent au long de la chaine alimentaire donc dans les poissons carnivores.

Les rives du lac n'ont pas bénéficié d'autant d'attentions que ses eaux, mais les enjeux économiques sont tout autres.

Vers la fin des trente glorieuses, Gilbert Amigues, ingénieur des Eaux et Forêts affolé par la ruée vers "l'or blanc", va créer sept réserves naturelles nationales en Haute-Savoie dont celles du Bout du lac (d'Annecy) en 1974 et celle du Roc de Chère en 1977 (Larrère, 2009).

Mise à part la création en 1976 d'une piste cyclable sur la rive gauche (qui utilise l'emprise d'une ancienne voie ferrée), puis sa prolongation en cours sur la rive droite, les modes de déplacement font essentiellement appel à l'automobile et sont peu satisfaisants.

Quand le train reliait Annecy à Albertville
20181023_c04
L'ancienne gare de Brédannaz; © Creative commons (Attribution: Michel Racine, pas d'utilisation commerciale).

Construite en 1895, cette ligne à voie unique à fonctionné de 1901 à 1938, avec une moyenne de trois trains par jour dans chaque sens.

Les embouteillages constants, la lenteur des cars relancent aujourd'hui l'intérêt pour le rail; l'emprise de cette ancienne ligne pourrait permettre la création d'un tramway entre Annecy et Faverges.

Historique de la ligne Annecy-Albertville. La Vie du Rail 1259 du 27 septembre 1970.

Pour un vrai transport en commun sur la rive ouest du lac d'Annecy: pétition.
20160930_c02
Le Parmelan, les dents de Lanfon et la Tournette depuis le marais de l'Enfer.
© Michel Racine.

Les roselières qui occupaient une grande partie des rives du lac autrefois ont aujourd'hui une extension réduite (le Bout du lac, Saint Jorioz, le Petit Port d'Annecy le vieux) et bénéficient de mesures de protection assez récentes (pieux en bois, prise en compte de leur exigence de marnage dans la régulation du niveau du lac).

L'enjeu principal tourne autour de l'accès au lac et de l'application de la loi littorale. Le contournement de cette loi pour les lacs de montagne de plus de 1 000 hectares votée en 2005 (seuls quelques députés étaient présents) est discuté, mais la loi littorale a été en principe confortée par le Grenelle de l'environnement.

Seules quelques unes des communes riveraines (Annecy, Annecy le vieux, Saint-Jorioz, etc.) ont développé une politique foncière qui privilégie l'accès public aux bords du lac. Une partie importante du marais de l'Enfer sur la commune de Saint-Jorioz est géré par le conservatoire du littoral, comme les deux réserves naturelles nationales déjà citées (par l'intermédiaire de l'association ASTER). Le projet de construction d'un centre de congrès a demi-enterré sur la presqu'ile d'Albigny donne actuellement lieu à une épique bataille juridique (consultez le lien ci-dessous vers le site Défense de la presqu'ile d'Albigny).

↑ Yves Billaud et André Marguet. L'archéologie subaquatique dans les lacs Alpins Français in 1997. Dynamique du paysage : Entretiens de géoarchéologie (Table ronde tenue à Lyon les 17 et 18 novembre 1995). Alpara, Lyon (en ligne: DOI : 10.4000/books.alpara.1497).

↑ Raphaël Larrère, Bernadette Lizet, Martine Belan-Darqué (coordinateurs). 2009. Histoire des parcs nationaux. Editions Quæ et Muséum national d'histoire naturelle.

Danielle Decrouez et al. 2015. La géologie de la réserve naturelle du Roc de Chère. ASTER.

O. Manneville; L. Trosset; E. Dambrine. 1985. Diversité et dynamisme de la végétation du Roc de Chère. Documents de cartographie écologique 28: p. 17-32 (carte).

↑ Contamination au PCB des sédiments des lacs péri-alpins. (résumé traduit de l'anglais d'un article scientifique d'Emmanuel Naffrechoux et al. (doi: 10.1021/es5043996) sur le site de l'université de Savoie).

www.palafittes.org/fr/ .
↑ sites palafittiques préhistoriques autour des Alpes et carte des éléments inscrits au patrimoine mondial, sur le site de l'UNESCO.

↑ Défense de la presqu'ile d'Albigny.

↑ Aster (Conservatoire des espaces naturels de Haute-Savoie).

Bateaux

20170917_c48
Brick à voiles latines, par Albert Lebourg, Saint-Gingolph, 1902. Huile sur toile, musée château d'Annecy, © CC by NC (Attribution: Michel Racine).


Feux d'artifices (détail)

20130803_c022_nx2
Fête du lac, août 2013
© Michel Racine.

La tradition des fêtes lacustres est reprise annuellement lors de la fête du lac, un grand spectacle pyrotechnique organisé au coeur de la saison touristique.

Notes

↑ 1. Dans un pays comme la Confédération Helvétique, ces découvertes ont eu un retentissement considérable dans l'imaginaire collectif, les habitants des palafittes étant un peu "nos ancètres les Gaulois" des Suisses.

Références générales

↑ Suivi scientifique du lac. (sur le site du SILA).

Le Lac d'Annecy. (sur le site du ministère de l'environnement).

20160617_c03
Le lac vert
© Michel Racine

Bibliographie

Observatoire des paysages.

Le tour du lac à pied. (sur le site du SILA). Plaquette (pdf)

Alain Bexon. 2003. Le lac d'Annecy par les peintres du 15e au 20e siècle. Editions Itinera Alpina, Annecy.

Servettaz P.L.. 1971. Vie d'un lac alpin. Chronique de la sauvegarde du lac d'Annecy. Gardet, Annecy.

Stéphane Santini. 2018. Le France.
L'un des derniers bateaux à vapeur français a coulé mystérieusement une nuit de mars 1971.
L'Espérance III. Projet de reconstruction d'une barque à voile latine, comme la Savoie (Evian).